Comment devenir consultant indépendant ?

Devenir consultant indépendant, c’est s’installer à son propre compte dans le but de faire valoir ses compétences, sa solide expérience et son expertise spécialisée pour régler des problèmes ponctuels rencontrés par des entreprises clientes.

More...

Diplôme, connaissances techniques, savoir-faire pratique et expérience éprouvée ? Vous avez le bagage pour prétendre devenir un conseiller freelance, mais cela suffit-il ? Voici ce qu’il faut savoir pour vous lancer avec succès dans cette aventure !

Les qualités d'un consultant indépendant

Qu’est-il important de posséder comme bases (en plus de vos diplômes et expériences) avant de mettre en route votre carrière de consultant solo ?

De l’écoute,  de la rigueur, de l’humilité, de la méthode, de l’organisation

Il en faut pour pouvoir gérer un projet de A à Z. Pouvoir analyser le problème rencontré par l’écoute attentive, puis diagnostiquer la situation. Pouvoir y répondre par un argumentaire qui convainc aussi bien à l’oral qu’à l’écrit, y répondre concrètement, mettre en place un fichier clients et un carnet de suivi. Votre efficacité dépend des qualités citées plus haut.

Voir : Comment améliorer vos chances de conclure une vente

De l’expertise et du bagout

Déterminer précisément votre niveau d’expertise reste le meilleur moyen de cibler vos prospects.

Mais ce n’est le seul secret pour réussir. Vous devez aussi vous démarquer.

Voyez ce que vous avez à apporter de plus que vos concurrents. Une introspection (et un questionnement de vos anciens collaborateurs) vous permettra de découvrir où se situe votre passion, votre propre valeur ajoutée.

Voir : Comment trouver et créer une proposition de valeur ?

 

Se faire connaître en tant que consultant

Pour vous faire connaitre, il faut démarcher et ce, constamment !

Sauf si vous comptez vous arrêter à une seule vente. Et la maxime « les amis de mes amis sont mes amis » s’applique bien ici. Faites-vous recommander par vos anciens collègues, vos clients et votre cercle professionnel.

Par ailleurs, élargissez votre cible grâce au web : lancez un site et un blog pour booster votre notoriété.

Une présence sur les réseaux sociaux est, quant à elle, incontournable. La plateforme à privilégier ? Linkedin ! Construisez un profil très complet, obtenez des recommandations, partagez des articles pertinents et écrivez les vôtres.

Voir : 

Travailler la relation client

Travaillez votre relation client pour une relation de confiance qui dure.

N’oubliez jamais qu’il est plus simple (et moins coûteux) de fidéliser un client que d’en recruter un nouveau.

Cela passe notamment par une bonne communication et le respect de vos engagements.

Restez disponible et prêt à répondre à votre clientèle. En parallèle, soyez réactif pour achever les projets dans les délais impartis.

C’est la meilleure méthode pour convaincre vos clients de faire de nouveau appel à vos services de consulting.

Voir : Comment créer une stratégie de communication

Un message préparé à l’avance

Préparez votre speech de présentation !

Avoir sous le coude un argumentaire clair et concis, contenant vos principaux points forts, est de rigueur.

Ce pitch décline votre identité, ce que vous proposez, pourquoi l’entreprise en face de vous a besoin de votre service et comment vous arriverez à solutionner son problème.

Les pièges à éviter quand on lance son activité de consulting

Lorsque vous démarrez une activité de consultant, de multiples erreurs peuvent être commises ! Attention à éviter ces pièges :

Tourner le dos au networking

Le réseautage social, en plus de vous tirer de l’isolement, vous lie à votre entourage professionnel par de l’entraide, du partage de ressources et d’idées.

Tous ces dialogues ouvrent de nouvelles perspectives.

Offrir des tarifs trop bas

Une erreur très courante en début d’activité et qui peut perturber votre pérennité.

Fixez le prix juste, en fonction de votre expertise et de votre valeur ajoutée. Pour le connaître, menez votre petite enquête auprès des prestataires concurrents.

Voir : Comment calculer un tarif horaire

Clore la discussion face à un refus

Un « non » n’est pas forcément définitif.

Restez à l’écoute du client pour identifier la raison de ces objections, afin de les contourner.

Si cela ne fonctionne pas, retenez la leçon pour votre prochain rendez-vous. Connaitre les motifs d’un refus ou d’un frein vous aide à recadrer votre offre pour la rendre encore plus pertinente.

Conclusion

En suivant ces quelques conseils, vous parviendrez à lancer votre activité de consultant sur de bonnes bases. Bonne chance dans votre nouvelle aventure entrepreneuriale !

Comment devenir consultant indépendant ?
5 (100%) 2 votes

A propos de l'auteur

Team Leadlist

Cet article est écrit par un des membres de l'équipe LEADLIST ou un rédacteur indépendant. Vous souhaitez écrire sur le blog ? Contactez-nous.

Laisser un commentaire

Simplifiez la gestion de votre TPE avec LEADLIST

Freelance : comment calculer vos frais de déplacement ?

Fermer