fbpx

Tendances marketing de contenu : la qualité avant la quantité

Depuis plusieurs années, les réseaux sociaux sont devenus les médiums favoris des communicants. Il n’existe plus une stratégie digitale qui ne contienne l’utilisation d’une page Facebook comme canal de communication.

Mais si vous avez l’habitude d’utiliser sur les réseaux sociaux, vous vous êtes certainement rendu compte que les résultats ne sont plus les mêmes. Depuis 2015, le taux de partage des utilisateurs Facebook aurait réduit de moitié. Du moins c’est ce que relate une étude réalisée par Buzzsumo : décryptage.

More...

Un internaute qui « boude »

L’utilisateur n’est plus enclin à recevoir et à partager tout le contenu que vous lui apportez. Il se trouve saturé d’informations, notamment peu qualitative et souvent répétitive, résultat : l’engagement baisse fortement.

On assiste à une véritable saturation de contenu, prenons l’exemple du Bitcoin.

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn

Combien d’entre nous se sont noyés sous le flot d’articles ventant les mérites de la crypto-monnaie, au point de nous en dégouter ?

Rassurez-vous, ce phénomène touche toutes les marques, et le premier à en pâtir reste Facebook.

Lors du dernier trimestre, le nombre d’heures passées sur le réseau social a chuté de 50 millions d’heures par jour, un coup dur pour le géant qui annonce des changements drastiques dans l’expérience utilisateur.

Parlons de ces changements : l’algorithme de Facebook, comme vous avez du vous en rendre compte, est beaucoup moins sympa ces derniers temps.

  • Il pénalise ENFIN les publications type « clickbait » (vous savez, ces publications insupportables intitulées « vous ne devinerez jamais ce qu’il se passe » ou encore « le numéro 4 va vous étonner ! »).
  • Zuckerberg a également annoncé que le prochain algorithme mis en place mettrait en avant le contenu publié par vos amis, votre famille, vos groupes … mais quand on est un annonceur, comment on fait pour être vu ?

Mais malgré ces changements, certains s’en sortent plutôt bien ! Si la plupart des marques ont vu leurs taux d’engagements chuter dangereusement, d’autres annonceurs eux, ne connaissent pas la crise.

Prenons le New York Times, ou le Harvard Business Review : réputés pour la qualité de leur contenu, ces médias ont vu leur nombre de partages moyen passer de 4000 en 2016 à 4500 en 2017.

Il semblerait que la haute compétition et la saturation du marché de l’information n’atteignent pas les spécialistes ou les annonceurs dont le positionnement qualitatif est bien affirmé.

6 conseils pour améliorer votre communication digitale en 2018

Pour s’adapter à ces changements, il est essentiel de repenser sa communication digitale. Exit les 10 publications génériques par semaine, il est temps de passer au « less is more ».

Publier moins mais publier mieux

Apprenez à maitriser vos publications.

Pas besoin d’en faire des tonnes et de participer à la saturation du contenu. Quelques publications bien pensées chaque semaine feront l’affaire. Plutôt que de penser « il faut que je fasse une publication pour attirer du monde vers mon site », pensez « il faut que je créée un contenu de qualité et que j’apporte ce contenu à ma communauté pour améliorer mon branding ».

Parce qu’avant tout, la communication d’aujourd’hui se veut en faveur de votre image de marque. Exister sur les réseaux sociaux vous fera gagner en crédibilité.

Le Saint Graal ? Créer une véritable communauté d’utilisateurs qui utilise votre contenu comme source d’informations et vous considère comme expert du marché. Et pour y arriver, ce n’est pas votre article « Les résultats de cette étude vont vous épater » qui vous fera marquer des points.

Évitez de surfer sur la vague du viral et contentez vous de communiquer sur ce que vous faites de mieux. Personne n’a envie de lire un article sur le Bitcoin écrit par une marque de sous-vêtements.

Chacun sa place et la crypto sera bien gardée.

Google reprend sa place de leader

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn

Ces dernières années, Facebook avait pris la première place sur le podium des meilleures sources de trafic.

Mais avec la chute importante de la fréquentation du réseau social, ainsi que la baisse des partages, c’est désormais Google qui génère le plus de trafic vers les sites web d’annonceurs. Si vous ne le faites pas déjà, il est maintenant essentiel de prendre en compte le SEO lors de la création de votre contenu ainsi que de vos communications.

Rester à l’affut

Soyez curieux et renseignez vous sur les prochains « hot topics », qui sait, vous êtes peut-être sur le point de découvrir le nouveau sujet tendance ! Pensez aux Google Alerts (ou aux outils de curation) pour être toujours au courant des évolutions de votre domaine.

Se tourner vers LinkedIn ?

Si Facebook semble être légèrement sur le déclin, LinkedIn a le vent en poupe !

Le réseau social des professionnels, grâce à sa qualité, a vu ses taux d’engagement démultipliés et semble être un bon moyen de communication de professionnels à professionnels. Découvrez notre guide : comment faire grossir un groupe Linkedin.

Poser un peu d’argent sur la table

Avec l’évolution des algorithme et la compétitivité de la publicité en ligne, il serait naïf de penser que des publications gratuites suffiront à améliorer votre présence sur les réseaux.

Que cela soit sur Facebook, LinkedIn ou Google, les publications boostées, les campagnes d’acquisition et l’achat de mots clés vous garantiront de meilleurs résultats.

Faites participer votre audience

Utilisez les sondages, les témoignages ou demandez du feedback ! En poussant votre communauté à s’engager, vous améliorerez votre relation avec cette dernière et vous offrirez plus de visibilité. N’oubliez pas le mot le plus important dans réseau social reste « social », et la relation que vous y construisez va dans les deux sens !

Pour conclure, la fréquentation et l’engagement des utilisateurs de Facebook est en forte baisse. Ce n’est pas pour autant que les webmarketers doivent se décourager et abandonner la communication digitale. Voyez plutôt cela comme une bonne chose : la fin tant attendue des contenus à faible valeur ajoutée. Et, finalement, c’est peut-être mieux comme ça.

Tendances marketing de contenu : la qualité avant la quantité
Avez-vous aimé cet article ?

A propos de l'auteur

Team Leadlist

Cet article est écrit par un des membres de l'équipe LEADLIST ou un rédacteur indépendant. Vous souhaitez écrire sur le blog ? Contactez-nous.

Laisser un commentaire

Simplifiez la gestion de votre TPE avec LEADLIST

7 questions à se poser pour obtenir plus de leads avec votre site internet

Fermer